Alkoholhjälpen Franska

Quelques faits sur l'alcool et la santé

De plus en plus de gens boivent de l'alcool régulièrement et en plus grande quantité qu'auparavant. L'alcool est souvent associé à la fête et à la détente, mais aussi à la honte et à l'échec, lorsque l'on ne peut pas contrôler sa consommation.

Il est facile de croire que les problèmes d'alcool n'affectent que les autres. L’alcoolisme est souvent lié à des problèmes sociaux tels que le chômage ou l'absence de domicile fixe. Mais la plupart des gens qui boivent trop d'alcool ont rarement des problèmes que l'on remarque de l'extérieur. Comme les gens qui fument, mangent trop ou font trop peu d'exercice, la plupart vivent une vie relativement normale avec un travail, une famille, des amis et un domicile.

Environ un million de personnes en Suède ont, en ce qui concerne l'alcool, des habitudes qui causent un risque accru de lésions et de problèmes de santé, y compris une dépendance à l'alcool. La plupart n’ont pas l’impression de boire trop et ne réalisent pas que l'alcool peut conduire à des problèmes de santé – mais leur corps est marqué de toute façon. Dans ce texte, vous pourrez apprendre comment.

À partir de quel seuil la consommation d’alcool est-elle risquée ?

La consommation d'alcool est risquée si vous buvez 14 verres ou plus par semaine pour les hommes, ou 9 verres ou plus par semaine pour les femmes. Boire jusqu'à l'ivresse comporte aussi toujours un risque. Si, en une seule et même occasion, vous buvez plus de 4 verres (pour les hommes) ou 3 verres (pour les femmes), ou si vous avez plus de 0,6 pour mille d'alcool dans le sang, vous devez considérer que vous êtes ivre, que vous vous sentiez en état d'ébriété ou non. Si vous buvez moins que les niveaux indiqués ci-dessus, on peut considérer que vous avez une consommation d'alcool modérée.

Un verre correspond à une petite bouteille de bière forte (33 cl), à un verre de vin (10-15 cl) ou à un verre d'alcool, genre liqueur ou cognac, de 4 cl.
Une bière forte d'un demi-litre (50 cl) correspond à 1,5 verres.
Une bouteille de vin (75 cl) contient 6 verres.
Une bouteille d'alcool, genre cognac ou whiskey (75 cl) contient 18 verres.

Une légère consommation d’alcool peut-elle être bonne pour la santé ?

Nombreux sont ceux qui ont lu que la consommation modérée d'alcool pouvait même être bonne pour la santé. On croit volontiers que les personnes âgées qui boivent de petites quantités d'alcool peuvent avoir un risque réduit de maladies cardio-vasculaires et de diabète. Les scientifiques ne sont pas d'accord actuellement sur le fait de savoir si l'alcool peut vraiment avoir un effet protecteur. La vérité est que l'alcool a beaucoup trop d'effets secondaires nocifs pour pouvoir être recommandé pour la santé.

Boire modérément, sans aller jusqu’à l’ivresse, ne comporte généralement que de légers risques médicaux - en supposant que vous n'êtes pas enceinte, déprimé, que vous n'avez pas une maladie de foie ou que vous ne vous soignez pas avec certains médicaments. Dans ces cas de figure, vous ne devez pas boire du tout.

Que se passe-t-il quand on boit de l'alcool ?

Si vous entrez dans un bar un vendredi soir, vous croiserez probablement beaucoup de personne ayant plus de 0,8 pour mille d'alcool dans le sang. Mais des études ont démontré que l'on se sentait au mieux avant d'avoir dépassé 0,5 pour mille. L'erreur que nous faisons souvent est de croire que nous aurons encore plus de plaisir si nous buvons encore plus, même si on a déjà eu la preuve que cela était faux. Vous pouvez voir ci-dessous comment les sentiments et les comportements sont affectés*, en fonction des différents niveaux de quantité pour mille d'alcool dans le sang.

0,2 pour mille : Les premiers effets de l'alcool se font sentir. Vous avez chaud, vous êtes détendu et à l'aise. Votre sens de l’autocritique est amoindri.

0,5 pour mille : Vous vous sentez excité et vos inhibitions s'estompent. Vos réflexes sont plus lents et vos mouvements moins précis. Votre jugement se brouille et votre capacité à recevoir des informations se détériore.

0,8 pour mille : Vous commencez à parler fort et vos mouvements commencent à être désordonnés. Vous voyez moins bien que d'habitude. Vous sentez l'alcool et vous êtes exagérément sûr de vous.  

1,0 pour mille : Vous bafouillez et vous contrôlez moins bien vos muscles et vos sentiments.

1,5 pour mille : Vous commencez à avoir du mal à garder l’équilibre et vous risquez de tomber. Vous pouvez éprouver de fortes émotions et être pris de nausées.

2,0 pour mille : Vous avez du mal à parler et à vous tenir debout. Vous voyez double.


3,0 pour mille : Vous ne comprenez pas ce qui se passe et êtes à la limite de perdre conscience.


4,0 pour mille : Vous êtes inconscient. Vous respirez lentement et risquez de mourir d'un empoisonnement par l'alcool.

Il n'est pas possible de déterminer précisément l’impact de l’alcoolémie sur un individu, car une personne qui boit beaucoup et pendant longtemps développe une tolérance à l'alcool et n'est pas autant affectée qu’une autre. Gardez à l'esprit qu’une forte tolérance à l’alcool ne diminue pas le risque de lésions et les problèmes de santé liés à l'alcool.

Quels sont les effets d’une forte consommation d'alcool sur la santé ?

L'alcool atteint tous les organes et a un effet pratiquement sur l'ensemble du corps, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. D'après l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), il existe plus de 60 maladies qui ont un lien avec la consommation excessive d'alcool. Il suffit de boire beaucoup, même sans être dépendant de l'alcool^, pour développer unee maladie liée à l'alcool.

Le cerveau
Même de petites quantités d'alcool altèrent votre jugement, votre capacité de penser, votre mémoire et votre capacité à réagir. Vous dormez moins bien et vos sensations sont affectées. En cas de très forte consommation et pendant une longue durée, le cerveau rétrécit et vous pouvez être victime de crises d'épilepsie, de démence ou d'autres maladies du cerveau.
Dépression
Le risque d'être victime de dépression augmente fortement en cas de consommation d'alcool importante. La moitié de tous les suicides en Suède sont liés à l'alcool.
Le cœur et les vaisseaux sanguins
Une consommation d'alcool faible à modérée n'a pas d'effets néfastes apparents sur le cœur et les vaisseaux sanguins. En revanche, une consommation importante implique un risque pour la santé. Le rythme cardiaque et la pression artérielle augmentent lorsque vous buvez de l'alcool. Le risque d'arythmies cardiaques diverses augmente, par exemple la fibrillation auriculaire. La consommation d'alcool ne peut pas être recommandée pour la prévention des maladies coronariennes.
Grossesse
La fertilité diminue en cas de consommation d'alcool importante, à la fois chez les femmes et chez les hommes. Le fœtus est affecté, si la mère boit de l'alcool, pendant toutes les étapes de la grossesse, mais surtout dans la première phase – même avant qu'elle sache avec certitude qu'elle est enceinte. Si vous êtes une femme et que vous êtes enceinte ou que vous prévoyez d’avoir un enfant, il est préférable de vous abstenir complètement de l'alcool.
Le foie
L'alcool augmente le risque de cancer du foie et est une cause courante de la stéatose hépatique, de l'hépatite et de la cirrhose.
La peau
Une forte consommation d'alcool augmente le risque ou aggrave le psoriasis, l'eczéma et autres troubles de la peau.
L'estomac
Une forte consommation d'alcool augmente le risque de gastrite et d'excès d'acide gastrique.
Le squelette
Une forte consommation d'alcool augmente le risque d'ostéoporose et de goutte.
Le sang
L'alcool ralentit la capacité de la moelle osseuse à produire des cellules sanguines et peut conduire à l'anémie.
Les infections
L'effet de l'alcool sur la moelle épinière affecte les globules blancs qui protègent l'organisme contre les infections. Cela conduit à un plus grand nombre d'infections, par exemple des rhumes répétés et prolongés.
Le cancer
L'alcool augmente le risque de cancer dans plusieurs organes. Des liens prouvés existent pour le cancer de la bouche et de la gorge, le cancer du foie, le cancer du sein et le cancer du côlon.

Quels sont les autres risques qui existent à boire beaucoup d’alcool ?

Accidents
Lorsque l'on est sous l'emprise de l'alcool, on prend plus de risques. Chaque année, environ 3 000 personnes meurent dans des accidents en Suède. Dans environ un tiers d'entre eux, l'alcool est à incriminer. Les personnes qui habituellement sont de petits ou de moyens buveurs, mais qui de temps en temps s'enivrent, sont responsables d'une grande partie des accidents.

Violences
Selon les statistiques de la criminalité, une grande partie des mauvais traitements et autres violences criminelles est liée à la consommation d'alcool chez les auteurs et/ou les victimes.

Problèmes relationnels
Une forte consommation d'alcool peut endommager la communication et détériorer la relation avec des proches. Plus d'un million de personnes en Suède, qui vivent près de quelqu'un qui boit trop, disent que leur relation a été affectée négativement.

Tabac et alcool
Certains produits interagissent, par exemple l'alcool et la nicotine affectent le même système de récompense du cerveau. La nicotine semble également augmenter la sensibilité à l'alcool. Pour ceux qui veulent changer leur consommation d'alcool, il peut par conséquent être avantageux d'arrêter en même temps de fumer ou de priser. De même, il peut être plus facile d'arrêter de fumer en diminuant simultanément ou en arrêtant totalement de boire de l'alcool.

Qu'est-ce que la dépendance alcoolique ?

Par dépendance alcoolique, on entend le fait qu'une personne continue à boire beaucoup d'alcool, bien que cela ait des effets négatifs sur sa santé, ses relations personnelles et ses relations sociales. La personne qui est dépendante a souvent des envies de boire de l'alcool et des difficultés à limiter sa consommation. Souvent, mais pas toujours, elle développe une tolérance à l'alcool, en sorte qu’elle a besoin de boire plus pour ressentir un effet ou l'abstinence, ce qui peut entraîner de nombreux désagréments lorsqu’elle arrête de boire. Pour de nombreuses personnes en situation de dépendance, l'alcool joue un rôle central dans la vie aux dépens de ce qui était auparavant important, par exemple les relations personnelles, la carrière ou les loisirs. Bien souvent, l’intéressé a conscience du problème, mais ce n’est pas suffisant pour limiter ou arrêter de boire de l'alcool.

Les 6 éléments suivants sont courants dans la dépendance alcoolique. Pour être diagnostiqué comme dépendant de l'alcool, il faut que l'on ait ressenti au moins trois d'entre eux en même temps, au cours des 12 derniers mois.

un fort désir ou une obligation de boire de l'alcool, ou un « besoin »
des difficultés à limiter la quantité que l'on boit, ou une « perte de contrôle »
moins de temps à consacrer au travail, aux loisirs ou aux relations avec les autres à cause de la consommation d’alcool
de plus grandes quantités d'alcool nécessaires pour obtenir le même effet qu'avant (tolérance)
mains qui tremblent, transpiration ou anxiété après avoir diminué ou arrêté de boire (abstinence)
continuer à boire tout en sachant que l'alcool entraîne des problèmes de santé physique ou mentale.

Êtes-vous prêt à changer vos habitudes en matière d’alcool ?

De nombreuses personnes pensent qu'il est très difficile de changer sa consommation d'alcool. Mais en pratique, cela est souvent plus facile que d'arrêter de fumer et, par bien des côtés, cela ressemble plus au fait de changer ses habitudes alimentaires ou de commencer à faire de l'exercice.

Comme la plupart des gens, vous pensez sans doute qu'il y a des avantages et des inconvénients à boire de l'alcool. Mais qu'est ce qui compte le plus ? Vous seul pouvez décider de ce qui vous convient : soit continuer comme vous l'avez fait jusqu'à présent, soit modifier votre consommation d'alcool.

Quelle que soit votre opinion sur cette question, il est bon
de vous demander quels sont les arguments qui comptent pour vous et pour la personne que vous voulez être.

Fixez-vous un objectif

Vous n'avez pas besoin de décider ce que vous ferez pour le reste de votre vie. Si vous voulez opérer un changement, il est bon d'avoir un objectif clair pour une période déterminée. Soyez réaliste et tenez compte de votre situation actuelle : Vaut-il mieux limiter votre consommation et boire modérément, ou vous passer totalement d'alcool pendant un certain temps ?

Faites un premier pas

Assurez-vous de faire les changements dans votre vie qui vous aideront à atteindre votre objectif. Cela peut être, par exemple, de faire en sorte de ne pas avoir une réserve d'alcool chez vous, de changer les boissons à base d'alcool contre des boissons sans alcool, de passer plus de temps avec des amis qui peuvent vous aider ou de démarrer une nouvelle activité intéressante pendant les plages horaires où vous aviez tendance à boire.

Essayez de mieux vous connaître

Quelle que soit la raison pour laquelle vous avez commencé à boire trop, votre consommation d'alcool est maintenant indissociable de votre vie quotidienne et de vos habitudes. Si vous pouvez savoir quels sont les situations, les idées et les sentiments que vous associez avec l'alcool, vous serez mieux armé pour contrôler votre consommation d'alcool.

Trouvez de nouvelles options

L'alcool peut parfois être une solution à court terme à d'autres problèmes que vous rencontrez (insomnie, stress, problèmes relationnels, etc.). En prenant de nouvelles habitudes et en trouvant de meilleures solutions à vos problèmes, il vous sera plus facile de vous abstenir de boire trop.

Faites-vous aider

Il est bon d’voir quelqu'un à qui parler, une personne qui vous aidera à mettre de l'ordre dans vos pensées et vos sentiments et qui vous soutiendra dans le changement que vous essayez de réaliser, que ce soit un ami, un membre de votre famille ou un professionnel.

N'abandonnez pas trop tôt

Il faut voir l'évolution de la consommation d'alcool comme un objectif à long terme. Acceptez l’idée d’avoir des revers et de faire des faux pas et ne les laissez pas vous impressionner ou vous arrêter. Vous pouvez faire autant de tentatives que vous le voulez pour changer votre consommation d'alcool.

Si vous souhaitez parler de votre consommation d’alcool avec un professionnel de la santé, vous avez le droit à la confidentialité. Vous pouvez également obtenir l'aide d'un interprète. Vous pourrez en apprendre davantage sur le site 1177.
http://www.1177.se/Stockholm/Other-languages/Franska/Regler-och-rattighe...

Voici une carte où vous pouvez trouver les numéros de téléphone des centres de consultation dans toute la Suède.
https://alkoholhjalpen.se/karta